La joie des premiers chrétiens

 

 

La joie et l’enthousiasme des premiers chrétiens donnèrent à leur message un indéniable accent de sincérité. Si Christ était réellement le seul chemin vers Dieu, s’il n’y avait vraiment de salut en aucun autre, on comprend leur enthousiasme à vouloir le faire savoir autour d’eux.

Jésus avait promis sa joie à l’Église, une joie que personne ne pouvait lui ravir ; les chrétiens en étaient la preuve vivante. Incarcérés pour leur foi, ils chantaient tout de même les louanges de Dieu ! C’est d’une prison que Paul écrivit aux Philippiens l’épître de la joie et de la confiance.

 

La foi en Christ ne rendait donc pas triste et, même si les circonstances étaient souvent désagréables, elles ne parvenaient pas à altérer la joie que les croyants avaient reçue avec la vie nouvelle. Les disciples se réjouissaient même d’être trouvés dignes  de souffrir pour leur Maître ! Ils se réjouissaient de l’espérance de partager la vie future avec Dieu ; ils se réjouissaient en Dieu lui-même.

 

Les disciples ne craignaient pas la mort, convaincus que « s’en aller et être avec Christ est de loin le meilleur ». Leurs contemporains étaient impressionnés par la joie de ces hommes et de ces femmes qui allaient à la mort pour l’amour de quelqu’un qu’ils n’avaient jamais vu ! Beaucoup d’incrédules furent gagnés à Christ à cause de l’allégresse dont étaient empreintes non seulement la vie mais également la mort des croyants.

 

Assurément, les disciples étaient remplis de joie et du Saint-Esprit ! Soyons nous aussi remplis du Saint-Esprit, nous réjouissant toujours en Christ notre Sauveur !