L'oeuvre de la croix et la résurrection

 « Christ est mort pour nos péchés, selon les Ecritures ; il a été enseveli, et il est ressuscité le troisième jour, selon les Ecritures » (I Corinthiens 15 v.3 & 4).



L’apôtre Paul rappelle aux destinataires de sa lettre que c’est cela qu’il leur a enseigné avant tout. La mort de Jésus avait été prédite longtemps à l’avance, et le prophète Esaïe annonçait que cela arriverait « pour nos péchés » (53 v.5). « C’est pour cela que je suis venu jusqu’à cette heure», disait le Seigneur (Jean 12 v.27), et c’était de la croix qu’il parlait, sachant que le moment de la crucifixion était proche.

Jésus n’est pas seulement mort parce qu’il dérangeait et provoquait même de la jalousie, car s’il l’avait voulu, il aurait pu échapper à ses adversaires. En vérité, il a voulu « donner sa vie, comme la rançon de beaucoup » (Matthieu 20 v.28). Sa mort expiatoire était programmée « dès la fondation du monde » (Apocalypse 13 v.8). Dieu savait dès le commencement qu’il devrait donner son Fils unique, « afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3 v.16). La mort de Jésus est donc bien « selon les Ecritures », et elle constitue le seul moyen par lequel l’homme peut être pardonné de ses péchés. Ceci est de la plus haute importance, car la Bible nous dit que « le salaire du péché, c’est la mort » (Romains 6 v.23). Or, tous les hommes ont péché, et il n’en est pas un seul qui puisse se sauver lui-même, quand bien même il aurait fait du bien et accompli des belles œuvres…La prédication de la croix est donc fondamentale, Dieu n’ignorant pas que les uns qualifie cela de folie , tandis que d’autres affirment que c’est un scandale (cf. I Corinthiens 1 v.23).

Toutefois, si Christ n’était pas ressuscité, notre foi serait vaine, et comme l’écrit l’apôtre Paul, nous serions alors les plus malheureux des hommes, nous qui croyons en Jésus-Christ (I Corinthiens 15 v.19).

Autant il est donc indispensable de croire que Jésus est mort pour nos péchés, autant il est également indispensable de croire qu’il est réellement ressuscité. Des témoins l’ont vu (I Corinthiens 15 v.6), mais ils sont nombreux ceux qui l’aiment et qui croient en lui sans l’avoir vu (I Pierre 1 v.8). « Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru ! », dit le Seigneur (Jean 20 v.29). Il ne s’agit évidemment pas de gens naïfs et crédules, mais de tous ceux qui ont eu une véritable révélation de Jésus.

Ils ont fait l’expérience authentique d’une véritable transformation opérée par la puissance du Saint-Esprit, et ils savent ce que signifie cette parole du Seigneur : « Mais la sagesse a été justifiée par tous ses enfants » (Luc 7 v.35).

En effet, le changement de vie qu’ils expérimentent vient manifestement de Dieu, et démontre que l’Evangile est bien une puissance de vie qui émane d’un Seigneur ressuscité et vivant!

Oui, l’Evangile de Dieu « concerne son Fils, né de la postérité de David, selon la chair, déclaré Fils de Dieu avec puissance, selon l’Esprit de sainteté, par sa résurrection d’entre les morts » (Romains 1 v.3 & 4).

Tout évangile qui nie la mort de Jésus pour nos péchés et (ou) sa résurrection d’entre les morts n’est pas le véritable Evangile. « Non pas qu’il y ait un autre évangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent altérer l’Evangile de Christ », écrivait l’apôtre Paul (Galates 1 v.7).

par Jean-Jacques

 

Le Mont Golgotha Aujourd'hui